fbpx
///

Etats-Unis: Ivanka Trump a utilisé son email privé pour des affaires d’Etat

3 minutes de lecture
La fille du président américain, Ivanka Trump, pourrait bien faire l’objet prochainement d’une enquête après les révélations d’un des principaux quotidiens américains.

Selon  le Washington Post, la fille de Donald Trump, qui occupe depuis début 2017 un poste à la Maison Blanche, aurait utilisé son compte de messagerie privé pour communiquer sur des affaires ayant trait au gouvernement. Ce que la loi interdit et ce qui avait entraîné en 2016 une enquête du FBI concernant l’ancienne candidate démocrate Hillary Clinton, accusée des mêmes pratiques lorsqu’elle était secrétaire d’Etat. Une affaire qui avait alimenté toute la campagne électorale à l’époque, Donald Trump n’hésitant pas à surnommer sa rivale « Hillary la malhonnête ».
Si les fuites rapportées par le Washington Post proviennent de fonctionnaires de la Maison Blanche qui ont préféré rester anonymes, le porte-parole de l’avocat d’Ivanka Trump lui a bien confirmé l’information.
Oui, la fille du président, conseillère de son père officiellement depuis le 30 mars 2017, a bien utilisé son compte privé de messagerie. Une erreur certes, mais selon lui, Ivanka Trump n’était tout simplement pas au courant des règles en vigueur.
Pourtant son père, Donald Trump, n’avait eu de cesse, depuis les révélations concernant Hillary Clinton, de dénoncer l’usage par celle qui était alors secrétaire d’Etat de son adresse privée pour des échanges contenant des informations officielles. Un sujet que le président américain remet régulièrement à l’ordre du jour sur son compte twitter.
Si pour l’instant aucune enquête n’a été réclamée, ces révélations du Washington Post pourraient à terme déboucher sur l’ouverture d’une procédure. Selon le quotidien des centaines de courriers électroniques ont été postés avec l’adresse de ce compte privé.
Une pratique à laquelle aurait mis un terme Ivanka Trump, mais que dénoncent certains fonctionnaires de la Maison Blanche, qui estiment qu’elle ne pouvait pas ne pas être au courant des règles fédérales qui s’appliquent à l’exercice du pouvoir.