Guerre en Ukraine : la RDC s’aligne derrière la position officielle de l’Union Africaine dans le conflit

L’impact de la guerre en Ukraine se fait sentir bien au-delà de ses frontières. Elle crée depuis le début le 24 février d’une « opération militaire spéciale » par la Russie, entre autres, plus de 1,2 millions de réfugiés qui ont fui le pays. Le sort des citoyens congolais qui habitent l’Ukraine est la première préoccupation du gouvernement de la République démocratique du Congo liée à cette guerre. Alors que les Ukrainiens fuyant la guerre sont vite accueillis par les pays voisins, de nombreux reportages font état de racisme dans le traitement des Africains, Asiatiques et Caribéens, souvent bloqués aux frontières.

Selon une source diplomatique européenne, qui citait le ministère congolais des Affaires étrangères, il y avait 409 citoyens congolais en Ukraine au moment du déclenchement de la guerre, dont environ 200 ont déjà trouvé refuge en Pologne. Jusque-là, le gouvernement a sollicité l’aide de l’Organisation internationale des migrations pour ces réfugiés et a contacté le gouvernement russe pour la création d’un « corridor humanitaire ». Cependant, aucune communication officielle du gouvernement congolais n’a encore été faite à ce sujet, encore moins sur la guerre en Ukraine en général.

Mais ce qui fait le plus débat au Congo, c’est la géopolitique. Pour les uns, la Russie n’est qu’un simple agresseur illégitime. Pour les autres, la mobilisation occidentale contre cette dernière, notamment à travers des sanctions, relève de l’hypocrisie. Combien de fois les pays occidentaux ont-ils envahi d’autres pays comme l’Irak, l’Afghanistan ou la Libye ? Serait-ce une question de deux poids, deux mesures ?

Un choix logique pour un pays qui a déjà subi des agressions et l’occupation des parties de son territoire

Au 11e jour de l’invasion du territoire ukrainien par la Russie, les réactions des pays africains sont toujours aussi timides. Le vote mercredi 3 mars de la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU qui « exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine » a donné quelques indications : seize pays africains se sont abstenus sur 35 abstentions dans le monde.

Parmi les pays africains ayant voté pour, la RDC a adopté une résolution condamnant « l’agression » russe en Ukraine, tout en réaffirmant « son engagement envers la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues ». Choix logique pour un pays qui a déjà subi des agressions et l’occupation des parties de son territoire par des pays voisins, notamment le Rwanda et l’Ouganda. Et qui diffère de celui des pays comme le Mali ou la République centrafricaine, qui ont des contractants militaires russes sur leurs sols.

Cependant, la position prise par la RDC pourrait aussi être la conséquence de son repositionnement sur l’échiquier politique mondial depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir,qui s’est rapproché notamment des États-Unis et de l’Occident en général. Ces pays ont-ils exigé que la RDC adopte leur position ? Quelles pourraient en être les conséquences pour la relation entre la RDC et la Russie ? Dans tous les cas, ce vote ne fait que renforcer le parti pris de la RDC pour ses alliés occidentaux dans la configuration géopolitique mondiale actuelle.

Amini Cishugi: