La FIAC, un rendez-vous de promotion des œuvres d’esprits

La ville de Bukavu va vibrer du 23 au 30 Septembre sous l’ambiance de la première édition de la foire internationale des arts et de la créativité dénommée FIAC. Une activité qui se présente comme une vitrine pour les artistes cinéaste, sculpteurs, peintres, dessinateurs, et tous ceux qui produisent des œuvres d’esprits. Afin d’en savoir plus concernant cet évènement artistique votre magazine s’est entretenu avec l’un des organisateurs de ce rendez-vous culturel, Patrick Irenge ZéZé, un animateur socioculturel, formateur dans la mise en scène et art dramatique, l’homme de l’émission « Niko Mtu Drama ».
Tout part d’un constat amère. La majorité des artistes ne vivent pas de leur travail d’une part à cause de la démotivation et d’autre part à cause de Bukavu qui ne comprend pas que l’artiste est l’œil et l’oreille de la communauté.
C’est un ainsi que la FIAC est une sorte de marché où la population de Bukavu peut voir non seulement ce que produisent les artistes mais aussi elle peut avoir où acheter les produits de ces derniers.
Selon notre source, cette foire a comme objectif de d’éviter des manipulations politiciennes aux artistes durant cette période pré-électorale en les autonomisant mais aussi de donner l’espoir à cette jeunesse créatrice, également leur offrir une occasion de trouver l’importance de ce qu’ils font et ne pas seulement se fier à leur orientation académique pour vivre, cependant de vivre de cette passion d’art que Dieu a placé au dedans d’eux.
Patrick Zézé nous renseigne qu’une trentaine des catégories d’artistes vont devoir prendre part à cette activité, qu’il aura aussi des collectionneurs de monnaie, des fabricant des guitares produits localement, les jeunes produisant des bracelets, des jeunes styliste qui font la mode au travers la poutures… seront là afin d’exposer leurs œuvres.
Dans le souci de réunir les artistes et de les accompagner, JeunA, REIPD( Réseau d’Initiatives pour la Paix et le Developpement) et aussi d’autres structures qui sont motivées à soutenir cette première édition de la FIAC se sont mis ensemble afin de travailler en symbiose.
Il informe aux artistes que les stands vont leur être distribués gratuitement et aucun rond ne leur sera demandé car l’essentiel pour eux c’est d’abord l’activité et que ces artistes s’en approprient. Par contre, il signale qu’il aura un système de parrainage en faveur des artistes afin de couvrir quelques dépenses.
Outres, la foire aura des activités connexes qui l’accompagnent entre autre les jeux communautaires, les débats et échanges, une émission par jour qui met en valeur un secteur d’art donné, le disco dance, etc.
Signalons que pour les organisateurs (JEUNESSE ACTIVE, COLLECTIF CULTURE JAMBO), ils visent à voir Bukavu autrement sur le plan culturel en ayant des personnes permanentes dans la vie culturelle et artistique, en ayant un espace culturel accessible aux artistes créateurs. Pour eux ce rendez-vous vise aussi à interpeller les autorités administratives à s’intéresser et à investir dans l’art qui est l’un des piliers du développement.
Sam Manegabe: