fbpx

Internet

/

Kitara Budju, blogueur et créateur de contenus web, notre influenceur du jour

Kitara Budju, comme la webémission « Influenceur du jour » le classe, est une personnalité du web, connue pour ses différentes créations numériques en matière de blogging sur Facebook. Il est l’un de plus jeunes blogueurs congolais basé à Kinshasa en République démocratique du Congo.

De son vrai nom Kitara Budju, est un blogueur congolais et créateur de contenus web basé à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. Sur internet, son nom fait identité d’une page de plus d’un demi million d’abonnés, ce qui fait de lui l’un des influenceurs congolais les plus en voyue sur Internet.

Kitara Budju fais ses premiers débuts sur les réseaux sociaux en 2020 alors que le monde faisait face à la pandémie de Corona virus. Professionnellement, sa passion du monde du numérique l’a conduit, malgré les hautes et bas du métier, vers une carrière très prometteuse d’influencer.

Mais qui est-il ?

Né et basé à Kinshasa, Kitara Budju est ici d’une famille chrétienne. Depuis 2012, son enfance fut bercé par le rêve de devenir l’un de plus grands nom de l’histoire, être une célébrité grâce à son talent et ses ambitions.

Kitara Budju est un ancien du complexe scolaire Teddy où il a obtenu son diplôme d’État de fin des études secondaires avant de poursuivre son cursus en informatique de réseaux à l’université.

Anzor Alem, acteur et mannequin, notre influenceur du jour

À 21 ans et natif du Kisangani dans la province Orientale, Anzor Alem, comme la webémission « Influenceur du jour » le classe, est un jeune talent à découvrir. Il est l’une des figures du grand écran et de la mode en République démocratique du Congo.

Anzor Alem est un acteur, mannequin et artiste auteur-compositeur, basé dans la ville de Lubumbashi. Il se fait connaître dans le milieu du cinéma en 2013 par ses premiers rôles dans les productions de films locaux et sur la scène artistique, beaucoup plus inspiré par le groupe Sexion d’Assaut.

Sur les réseaux sociaux seulement, Anzor Alem frôle déjà les six mille abonnés sur son compte contre plus de trois mille sur Facebook. Avec ce nombre qui lui position dans les influenceurs mode les plus influents en République démocratique du Congo, il fait carrière sur internet qui lui propulse sur le plan international.

Mais qui est-il ?

De son vrai nom Rashidi Alema Anzor, né à Kisangani le  4 avril 2001, est le premier-né d’une famille de quatre enfants. Encore très jeune, ses parents ont divorcé ; un événement qui a conduit sa mère à partir vivre au Nord-Kivu dans la ville de Goma avec ses trois sœurs. Anzor a poursuivi ses études primaires tout en s’intéressant au cinéma.

Quelques années plus tard, ils ont déménagé pour s’installer dans le sud-est du pays au Katanga, dans la ville de Lubumbashi, où Anzor Alem a fait ses premiers pas dans l’industrie cinématographique après s’être autoformé « en lisant des documents téléchargés sur internet pour être un bon acteur » et selon lancer dans la mode sur internet, particulièrement via Instagram.

Chris’Well Kola, artiste musicien et pianiste, notre influenceur du jour

Chris’Well Kola est un artiste musicien, pianiste et informaticien congolaise basé à Kinshasa. Originaire de la commune de Kalamu, il se fait une renommée en République démocratique du Congo sur la grâce à ses œuvres musicales et prestations sur la scène artistique chrétienne. Il est notre influenceuse du Jour proposé par la rédaction de Souther Times.

À Kinshasa en République démocratique du Congo, la plus grande mégapole francophone du monde, la ville compte actuellement plusieurs dizaines de milliers de jeunes talents, se diversifiant dans plusieurs catégories. Dans cette partie du pays, Chris’Well Kola se fait une renommée sur la scène artistique chrétienne.

De son vrai nom Chrispin Ndaywel Kola, il est connu du grand public par son de nom de scène de Chris’Well Kola étant qu’artiste musicien et pianiste de l’église Evangelical Mission for Christ (M.E.C). Pour lui, la musique est une passion qui a commencé dès son plus jeune âge dans la commune de Kalamu. À l’époque, comme décrit l’artiste, c’est sa mère qui lui a donné le goût de la musique. Sa mère, Bibina Ndaywel est une chanteuse, compositrice-chef d’orchestre cultes.

Sur les réseaux sociaux, particulièrement Facebook, le jeune prodige de la musique chrétienne congolaise, diplômé de l’Institut Supérieur de Statistique de Kinshasa (ISS/KIN) en administration réseau de gestion de bases de données, comptabilise plusieurs milliers d’abonnées.

Mais qui est-il ?

Né le 17 janvier 1995 dans la commune de Kalamu à Kinshasa, Chris’Well Kola est le premier d’une fratrie de dix. Il a été élevé par son père avocat Patrick Kola Miswe et sa mère chanteuse Bibina Ndaywel. À l’âge de huit ans, il fait ses premiers pas dans la chorale de son église en jouant au tam-tam et se rendant compte son talent artistique.

En 2009, il commence à suivre des cours de piano à domicile par le soutenu par son grand-père originaire de la province du Bandundu et ancien chanteur dans des groupes folkloriques avec un style atypique zaïrois.

En 2016, il est nominé pour le concours « Découvrir le Nouveau Compositeur » (DNC) à l’église La Compassion du pasteur Marcelo Tunas et il est admis comme membre du célèbre groupe Awesome God dans lequel il assumera les fonctions de directeur artistique adjoint.

Google Traduction : Plus de 300 millions de personnes parlent ces langues nouvellement ajoutées

Google Traduction est un service de traduction automatique neuronale multilingue développé par Google pour traduire du texte, des documents et des sites Web d’une langue à une autre dans officiellement 133 langues, dont 24 récemment ajout en mai 2022.

Lancé en avril 2006 en tant que service de traduction automatique statistique, Google Traduction a utilisé des documents et des transcriptions des Nations Unies et du Parlement européen pour collecter des données linguistiques. Avec son algorithme qui, plutôt que de traduire directement les langues, traduit d’abord le texte en anglais, puis pivote vers la langue cible dans la plupart des combinaisons de langues qu’il propose dans sa grille, à quelques exceptions près, notamment le catalan-espagnol.

En mai 2022, Google a ajouté 24 langues à Translate, prenant désormais en charge un total de 133 langues utilisées dans le monde, dont 10 d’origine africaine. Il s’agit également d’une étape technique importante pour le logiciel à l’aide avec Zero-Shot Machine Translation, où un modèle d’apprentissage automatique ne voit que du texte monolingue.

Plus de 300 millions de personnes parlent ces langues nouvellement ajoutées, comme le mizo, utilisé par environ 800 000 personnes dans l’extrême nord-est de l’Inde et le lingala, utilisé par plus de 45 millions de personnes en Afrique centrale. Dans le cadre de cette mise à jour, les langues autochtones des Amériques (quechua, guarani et aymara) et un dialecte anglais (sierra-léonais krio) ont également été ajoutés à Translate pour la première fois.

Google Translate : 133 le nombre total de langues disponibles, dont 15 africaines

Pendant des années, Google Traduction a aidé à briser les barrières linguistiques et à connecter les communautés du monde entier. Actuellement, le logiciel peut traduire de texte jusqu’à 5000 maximum caractères d’un seul coup dans 133 langues, dont 15 sont d’origine africaine.

Google Traduction, ou Google Translate pour les anglophones, est un service de traduction automatique fourni par Google, qui permet de traduire un texte ou une page Web dans une autre langue. Il offre une interface de site Web, une application mobile pour Android et iOS et une API qui aide les développeurs à créer des extensions de navigateur et des applications logicielles.

En mai 2022, Google Traduction prend en charge 133 langues à différents niveaux, et en avril 2016, revendiquait plus de 500 millions d’utilisateurs au total, avec plus de 100 milliards de mots traduits quotidiennement, après que la société a déclaré en mai 2013 qu’elle a servi plus de 200 millions de personnes par jour.

Un total de 15 langues africaines sur Google Traduction

Le 11 mars 2022, Google a annoncé avoir ajout 24 nouvelles langues à son logiciel de traduction qui compte seulement 99 langues officiellement. Un total de 133 dont dix nouvelles langues africaines rejoint la liste de cinq précédentes.

Pour les 10 nouvelles langues, le Lingala vient en tête par le nombre d’utilisateurs : environ 45 millions de personnes en République démocratique du Congo, en République du Congo, en République centrafricaine, en Angola et en République du Soudan du Sud. Avec plus de vingt millions d’utilisateurs, il est suivi par l’Oromo (utilisé par approximativement 37 millions de personnes en Éthiopie et au Kenya) et le Luganda (utilisé par environ 20 millions de personnes en Ouganda et au Rwanda).

Ces trois langues récemment ajoutées, le Bambara (utilisé par environ 14 millions de personnes au Mali), Sepedi (utilisé par environ 14 millions de personnes en Afrique du Sud) et Twi (utilisé par environ 11 millions de personnes au Ghana) sont celles sur la liste avec une dizaine des millions d’utilisateurs.

Et le reste que compte seulement quelques millions en termes de nombre d’utilisateurs sont : le Tigrinya (utilisé par environ huit millions de personnes en Érythrée et en Éthiopie), le Ewe (utilisé par environ sept millions de personnes au Ghana et au Togo), le Tsonga (utilisé par environ sept millions de personnes à Eswatini, au Mozambique, en Afrique du Sud et au Zimbabwe) et le Krio (utilisé par environ quatre millions de personnes en Sierra Leone).

Felly K dispose désormais plus de 100 000 abonnés sur Facebook

À moins d’une année de carrière sur le web, Felly K continue de grimper et désormais, il compte plus de 100 000 abonnés sur Facebook ce début du mois de février 2022.

C’est un véritable succès. Porté par le jeune créateur de contenu congolais, Felly K, sa page vient d’atteindre la barre symbolique de 100 000 abonnés sur le réseau social Facebook après sa création le 10 août 2021 sous le pseudo « Destiner » bien connu en République démocratique du Congo avant d’être renommée en Felly K.

« Le début n’était pas facile », révèle l’influenceur de 16 ans et fils de Jean-Marc Kabund. Après plusieurs semaines de travail, « Je faisais du blogging en publiant de contenus surtout sur mon pays et ma personne. J’ai renommé ma page Destiner en premier lieu pour ne pas s’exposer à l’internet vu le statut de mon père. Et là, je me retrouve aujourd’hui en février 2022 avec plus de 100 000 abonnés sur Facebook ».

/

Eucher TV Awards 2021 : Louis-Charles Nkoa parmi les nominés pour le prix du comédien web

Le festival panafricain Eucher TV Awards, qui récompense les meilleurs acteurs culturels, vient de publier la liste de ses nominés dans plusieurs catégories pour la première édition. Les cinq nommés pour le titre du meilleur comédien web sont, Nephtali Nalick, Monsour Le Guisen, Cesar Beluga, Sarra Messan et Louis-Charles Nkoa.

L’étoile montante camerounaise, Louis-Charles Nkoa, figurait sur la liste de nommés au festival panafricain Eucher TV Awards prévu pour le 17 juillet 2021 au Togo pour récompense les meilleurs acteurs culturels sur le continent africain.

Sur Facebook, il se fait carrière dans la catégorie de créateurs de contenu. Et très vite, dans une année seulement, Louis-Charles Nkoa attire plusieurs centaines de milliers d’internautes sur sa page qui a comptabilisé les 30 000 il y a quelques semaines.

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FLouis.charles237%2Fposts%2F155264906424217&show_text=true&width=500
Dans la catégorie de comédien web dans laquelle il vient d’être nominé, il place en concurrence avec quatre autres poids lourds de l’Afrique francophone, dont Nephtali Nalick, Monsour Le Guisen, Cesar Beluga et Sarra Messan.