fbpx
///

Une rencontre avec l’auteur de Zulu Caryl Férey, ça vous tente ? (Interview)

4 minutes de lecture
Caryl Férey sera à la médiathèque L’Autre Lieu, au Rheu, jeudi. Pour en savoir un peu plus sur l’auteur rennais, un entretien sans col blanc ni cravate. Entretien avec Caryl Férey, auteur de polars.
Que savez-vous du Rheu ?
Ils avaient des maillots jaunes et des shorts noirs quand on jouait au foot, à la fin des années 70. En général, ils étaient meilleurs que Montfort.
À propos de foot, toujours fan des Verts ?
J’étais !
Allez-vous au Roazhon Park ?
Plus depuis 35 ans.
Étiez-vous devant votre télé le 15 juillet 2018 ?
Non, j’étais avec ma copine devant des fruits de mer. On en est toc toc.
Membre de la commission départementale  ad hoc , avez-vous voté pour le néologisme « Brétillien » ?
Non.
Punk-Rock, reggae-dub ou autres ?
Rock toujours.
Auteurs de polars préférés ?
James Ellroy, jusqu’aux années 2000.
« Je préfère écrire que de faire le VRP »
Prolonger les aventures de Mc Cash, est-ce une parenthèse d’écriture plus désinvolte, plus humoristique, plus ancrée dans le local, à l’opposé de celle d’autres romans, plus sombres, géographiquement situés là où vous voulez dénoncer des situations politiques difficiles ou un passé historique douteux ?
À la fois oui (pour le style, plus « léger » et « humour noir ») et non, car j’y parle d’Europe, de réfugiés, de profiteurs de guerre…. et surtout de paternité. Un roman humaniste avec un héros qui se fout bien des humains.
Votre prochain roman se déroulera, semble-t-il, en Colombie. De quel épisode de l’Histoire de ce pays vous servirez-vous ?
Comme d’habitude, de l’Histoire du pays en entier mais, plus précisément, du début de la « violencia » (1948) jusqu’à aujourd’hui et le processus de paix. C’est le plus vieux conflit du monde. Un carnage ! J’en reviens…
Les éditeurs apprécient que leurs auteurs multiplient leur présence dans les salons, les festivals ou les manifestations culturelles. La situation est autre lors de rencontres dans une bibliothèque comme celle du Rheu. Qu’attendez-vous de ce public ? Que peut-il attendre de vous ?
Je préfère écrire plutôt que de faire le VRP dans les salons/promo, mais dès que j’ai l’occasion de mixer un festival (Lamballe, en l’occurrence) et des rencontres, j’essaie de le faire….surtout en Bretagne. J’ai ici ma famille, mes vieux amis, et même le fils de l’un d’eux au Lycée du Rheu. C’est rigolo, pour une fois, il me verra à jeun.